Une catéchèse missionnaire


Mess’AJE : Une catéchèse missionnaire

La mission s’ouvre désor­mais autour de nos clochers. Le travail ne manque pas. Le monde renoue avec la mytho­logie ; pour retrouver ses valeurs, il veut « accrocher le ciel ». Les scientifiques vivent « l’après-science » et les pen­seurs veulent donner à la société une gnose savante, genre « New Age », une reli­gion pure, ésotérique, au-delà des petites religions « histo­riques »…. C’est une quête d’absolu pour éviter le suicide sociologique, car un peuple qui n’a pas de santé religieuse est un peuple qui ne se repro­duit plus. Perdues les raisons de vivre, il disparaît.

La Bible n’est pas une gnose, mais une Histoire. Ce que nous sommes ne dépend pas de la gnose, mais de la visite de quelqu’un. Ce n’est pas une belle pensée, mais c’est DIEU qui nous a visités.

Annoncer l’Eglise, c’est comme faire visiter un château. On peut le faire visiter de l’intérieur avec le Christ au centre du château. Mais pour ceux qui ne sont pas dans le château, les chemins qui y mènent sont cachés. Ce sont ces chemins que l’on veut retrouver à Mess’AJE. Il faut donc aller rencontrer les gens là où ils sont et montrer le chemin : c’est l’Exode, l’Exil, Jésus et enfin l’Eglise …

Des gens qui se croyaient loin de la foi comprennent que leur cri de désespoir, c’est le cri de Jérémie, que le blasphème qu’ils ont envie de dire, JOB l’a déjà dit. Ils se trouvent sur un chemin que d’autres ont tracé avant eux.

Donner un chemin, indiquer les étapes, être un guide en dehors du château, pour la joie ensuite de les y retrouver, voilà la caractéristique de Mess’AJE.

Sur ce chemin, il faut des témoins. Le christianisme ne commence pas d’abord par la Bible, c’est un événement de salut : un Exode, un Exil, Jésus qui nous visite, des apôtres qui portent l’Evangile, des saints, une chaîne de témoins. Route juive, route chrétienne: même parole de Dieu. La Bible n’est pas un livre tout fait. Et s’il y a des gens qui disent : « Je ne peux pas vivre le christianisme », ils seront heureux d’entendre parler de Deborah, du passage de l’Exode et de ce Dieu partenaire qui vaut bien toutes les gnoses modernes. Lorsqu’ils font ce premier acte de foi, c’est déjà le Christ qu’ils suivent …

Extrait d’une conférence de Jacques BERNARD
Lancement de Mess’AJE Québec en 1991